Loading...

Au secours, j’ai le syndrome de la page blanche !

Le syndrome de la page blanche - Encre du phénix

Qui n’a pas déjà vécu ces quelques instants de terreur ? On rentre du boulot, ou on se lève un dimanche matin, plein d’entrain : vous avez passé vos dernières heures à ressasser tous les événements de votre chapitre et vous n’attendez plus qu’une chose, tout coucher sur le papier !

Mais voilà… Vous vous installez à votre bureau, vous ouvrez votre éditeur de texte… Et là : le blanc. Le blanc sur votre feuille, le blanc dans votre tête. Les mots ne viennent pas. Pire : vous êtes incapable de formuler la moindre pensée cohérente, comme si votre cerveau venait d’activer le mode off ! Il ne manquerait plus que les croassements du corbeau en fond sonore et le tableau serait complet.

La page blanche, la bête noire des écrivains

Rassurez-vous : vous n’êtes pas seul·e à affronter le syndrome de le page blanche. Mais alors, d’où vient ce maux bien connu des écrivains ? La cause en est plutôt simple : c’est le perfectionnisme, ou autrement formulé la peur de l’échec qui vous empêche d’avancer. Vous craignez de ne pas écrire correctement ce passage qui vous est si cher ; alors, plutôt que de risquer de le gâcher en le couchant sur papier (ou sur écran) votre cerveau préfère ne pas l’écrire du tout. Tout devient alors un prétexte pour ne pas travailler : se faire un café, un goûter, ranger son bureau, vérifier ses notes, relire le chapitre précédent, consulter ses mails… Bref, la liste est longue, et inépuisable pour celui·celle qui veut se dérober à ses tâches.

Que faire, donc, pour vaincre cette peur ? La première vérité à accepter, c’est que vous ne la ferez jamais disparaître : vous aurez toujours peur. À moins d’être un expert dans votre domaine et doué d’un égocentrisme développé, vous serez toujours conscient de vos faiblesses. Et c’est une bonne chose ! La meilleure façon de s’améliorer, c’est de connaître les points qui vous font défaut. Il n’y a qu’ainsi que vous pourrez les retravailler 😉

Votre but, ce n’est donc pas de vaincre votre peur, mais de l’accepter et d’écrire avec elle. Oui, votre premier jet ne sera certainement pas parfait, oui, certaines phrases seront bancales. Et alors ? Ce n’est pas grave ! L’un des plus gros travail de l’écrivain, c’est certainement la réécriture et la correction, alors n’ayez pas peur de mal faire. Lancez-vous ! Écrivez ! Et si vous trouvez ça nul, vous aurez tout le temps, ensuite, de le perfectionner. Vous serez seul·e à vous lire tant que vous n’aurez pas décidé de partager vos textes. Votre seul juge, c’est vous.

Quelques conseils pour vaincre le syndrome de la page blanche

Si, malgré tout, l’inspiration ne vient toujours pas, voici quelques petits tips qui pourraient vous aider à vous mettre dans le bain :

  • Vous ne trouvez pas le début d’un texte ? Commencez par le milieu. Ou la fin. Ou même un dialogue !
  • Écrivez sur un autre sujet que votre roman. Cela vous aidera à débloquer le mécanisme de l’écriture. Si vous n’avez pas d’idées, décrivez la pièce où vous vous trouver, ou piochez une image sur internet et imaginez une histoire courte autour.
  • Faites-vous un mini plan de la scène que vous devez écrire : d’abord les grandes phases, puis les plus petites. À force de préciser votre plan, vous finirez naturellement par écrire votre texte.
  • Créez vous de petites habitudes. Une boisson ou une musique qui vous inspire, par exemple. Ainsi, à chaque fois que vous devrez écrire, votre cerveau se rappellera de votre habitude et le réflexe s’installera. Le processus d’écriture deviendra un mécanisme inconscient.

Allez ! Cette fois-ci, vous n’avez plus d’excuses 😉 Votre page blanche vous attend !

Et vous, quelles sont vos astuces pour pallier au manque d’inspiration ?

 

Plus de lectures :

Quelques livres sur le syndrome de la page blanche (Babelio)
Creapills nous livre ses conseils pour combattre le syndrome de la page blanche
40 astuces pour lutter contre la page blanche, en BD ! (BouletCorp)

Vous pourriez également apprécier

commentaires (4)

  • Avatar
    Kahra 1 année plus tôt Répondre

    J’ai jamais eu de problème de page blanche :O Mais par contre la flemme, ça c’est autre chose.. XD (et ça ne touche pas quel’écriture malheureusement XD)

    encreduphenix
    encreduphenix 1 année plus tôt Répondre

    Ohlala tu as bien de la chance alors ! Après… Il paraît que la flemmardise, c’est du même acabit ; que l’on ne fait pas par peur de mal faire. Alors, au final… ;P

  • Avatar
    Bosi 1 année plus tôt Répondre

    Et si, bien qu’avoir réalisé toutes les étapes que tu décris, la page blanche reste là, si rien ne vient… que faut-il faire ? (c’est pas pour moi, ça m’est jamais arrivé. C’est …pour un ami)

    encreduphenix
    encreduphenix 1 année plus tôt Répondre

    J’écrirai un autre article sur la mise en place d’une routine 😉 Après, le maître mot, c’est la volonté ! Il faut s’accrocher et se faire violence. Les premiers mots sont les plus difficiles 🙂 (Une réponse pour ton ami :p)

Laisser une réponse